Me Gervais Charles, avocat de Fanmi Lavalas, écrit au Président du CEP, M. Léopold Berlanger

Port-au-Prince, le 6 0ctobre 2016

Monsieur Léopold Berlanger

Président Provisoire du CEP

En ses bureaux.

 

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur en ma qualité d’avocat de l’organisation politique Fanmi Lavalas de me référer à la déclaration du Conseil électoral provisoire (CEP), fixant comme prévu la fin de la campagne électorale , au vendredi 7 octobre en prévision du scrutin du 9 octobre 2016.

L’article 114 du décret électoral prévoit que la période de la campagne électorale est celle précédent tout scrutin durant laquelle les candidats , partis et groupements politiques , font la promotion de leur programme en vue de mobiliser l’électorat.

L’article 114.1 établit la compétence du CEP pour fixer le début et la fin de la campagne électorale. Elle prend nécessairement fin à une période proche du scrutin pour établir la sérénité nécessaire pour les opérations de vote.

Il se révèle par conséquent impossible de fixer une date de clôture de la campagne électorale sans que le jour du scrutin ne soit établi. En le faisant, le Conseil électoral provisoire favoriserait des formations politiques fortunées qui poursuivraient leur campagne sous le fallacieux prétexte d’actions humanitaires.

Je vous prierais , Monsieur le Président, de reconsidérer cette décision hâtive et arbitraire qui serait lourde de conséquence. Chaque candidat et chaque parti ont [par contre] l’obligation de faire appel à leur bon jugement sur la forme et l’ampleur à donner à leur campagne dans cette période d’affliction et de désolation.

Gervais Charles, av.

CEP